topblog Ivoire blogs

28/09/2010

LES ENJEUX DES ELECTIONS EN COTE D'IVOIRE II: Entre le meilleur et... les pires

En politique le choix est rarement entre le bien et le mal, mais entre le pire et le moindre mal,Nicolas Machiavel


Le mot « élection » vient du terme latin « elligere » qui signifie « choisir ».

Les élections constituent dans ce sens la base du concept et de la pratique des démocraties modernes dans la mesure où elles ont une double signification.D'abord et fondamentalement, elles sont l'outil le plus efficace pour légitimer un régime politique.Malheureusement, très souvent en Afrique l'on préfère des régimes pseudos légaux, donc dépourvus de toute légitimité, le vote du peuple ayant été sacrifié sur l'autel du pouvoir absolu et indéfini.

Ensuite, elles constituent la principale tribune libre pour la concurrence politique et la participation politique populaire.


Dans les deux significations, les élections contribuent à assurer un contrôle populaire sur le gouvernement, ce qui est considéré comme la principale caractéristique d'un système représentatif de gouvernement.



Alors la question qui se pose est : Qui choisir ?



* Celui qui est resté au côté du peuple contre vents et marées.Lorsque le monde entier semblait nous défier.Lorsque le guerre et la mort planait sur nous.
* Celui qui malgré une guerre qui lui a été imposée, a maintenu l'économie nationale à flots en tenant les engagements du pays tant au plan national qu'international.
* Celui qui a toujours et en toute circonstance refuser de violer la les lois et la Constitution sur le lit des arrangements politiciens.
* Celui qui a entrepris la plus grande une politique de décentralisation et d'électrification jamais réalisée (890 localités de 2000 a 2010 et près de 800 autres en cours).
* Celui qui a voulu renégocier le pacte colonial qui réserve la totalité des richesses naturelles présentes et futures à la France.
* Celui qui a accepter pendant 10 ans de partager le pouvoir avec une opposition d'enfants gâtés et malhonnêtes.

* En bref, un homme qui est toujours resté proche du peuple.

Évidemment,vous vous demanderez : mais tout serais t-il si beau sous Laurent Gbagbo?


Assurément non, aucune œuvre humaine n'étant parfaite et encore moins quand des gens s'attèlent à détruire pendant que d'autres bâtissent.

Il n'a malheureusement pas su empêcher le déconfiture de le Refondation.Déjà fragilisée par la crise elle a manquée d'être achevée par le développement d'une classe politique clientéliste ou l'enrichissement des élites politiques est une insulte à la majorité du peuple qui ploie de plus en plus sous la misère.Mais il faut bien comprendre là, qu'il ne s'agit pas uniquement du FPI mais de tous les autres partis politiques qui depuis dix ans partagent le pouvoir avec le part au pouvoir.



Il reste donc vrai que ces tares sont celles de toute la classe politique ivoirienne.Mais il est encore plus clair que la responsabilité engagée du fpi est plus grande par le fait qu'il est le parti au pouvoir.Ces tares seront malheureusement mise sous responsabilité car c'est lui qui a la charge de la gestion de l'État.Mais, il reste que le terme refondateur est aujourd'hui devenu un terme générique qui ne s'applique pas seulement au FPI.



Mais le choix qui s'impose ici n’est pas tant entre le bien et le mal, mais entre le préférable et le détestable.Entre un modèle social et économique tourné vers le futur et des politiques qui quand elles ne sont pas passéistes et moribondes, n'ont pour autre but que de "vendre" la Côte d'Ivoire au plus offrant.



Choisissions donc le moindre mal pour nous, notre pays et nos enfants car c'est pour eux que nous devons bâtir une Côte d'Ivoire
nouvelle.


lg.jpg
adoooo.jpg





15:50 | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.