topblog Ivoire blogs

09/12/2010

LA VERITE SUR LA SITUATION EN COTE D'IVOIRE ET LAURENT GBAGBO: les explications de Philippe Evanno.

Les médias français ne disent pas toute la vérité sur la situation en Côte d’Ivoire.

Plusieurs pays, comme la Russie, le Brésil, la Chine ou le Mexique soutiennent Laurent Gbagbo, alors que les Etats-Unis ou la France demandent son départ. A Abidjan, le président sortant n’a pas l’intention de céder sa place. Or, ce sont les intérêts économiques français, dont ceux du groupe Bolloré en première ligne, qui sont menacés. Philippe Evanno est chercheur à la Sorbonne, directeur de l’Institut de Prospective Africaine et il connait parfaitement l’Afrique. Il a notamment été formé par Jacques Foccart et a collaboré avec lui jusqu’au décès de ce dernier. Il était l’invité de Yannick Urrien mercredi 8 décembre dans le magazine de 8h10.

evanno.gif


D’abord, Philippe Evanno souligne que cette affaire traduit «une opposition entre l'ONU et une nation. Plus généralement, on peut se demander si nous ne sommes pas en train d'assister à un renversement de situation concernant la gestion des dossiers africains et leur domination actuelle par les organisations internationales contrôlées par les États-Unis». En réalité, «cette crise a eu pour mérite de manifester au grand jour le fait que les organisations africaines étaient sous contrôle américain.

Aujourd'hui, c'est la place et la domination des États-Unis sur le continent africain qui sont en jeu. La divulgation des notes diplomatiques américaines par Wikileaks et leur analyse permettent de démontrer que les Américains étaient très heureux de l'effacement français, puisque cela leur laisse le champ libre sur la totalité du continent»
. Selon Philippe Evanno, «le bouclage de cette domination se joue sur la présidentielle ivoirienne, puisque c'est sur cette présidentielle que l'on joue l’annulation pure et simple de la souveraineté des Etats africains».

Alors, pourquoi Nicolas Sarkozy a-t-il adopté la position américaine ? Réponse de l’expert : «Je crois que c'est tout simplement la sienne. Nous avons, pour la première fois sous la Vème République, un président de la République qui est totalement acquis aux objectifs américains et cela revient à faire de la France un pays supplétif des États-Unis, notamment en Afrique. Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas avoir des accords avec les Américains : c'était le cas à l'époque du général De Gaulle lorsqu'il y a eu un accord de partage de responsabilités, la France étant chargée de la lutte contre le bloc soviétique dans ses anciennes colonies. Cela a très bien fonctionné pendant plusieurs dizaines d'années, jusqu'à la chute du mur de Berlin. Aujourd'hui, nous sommes dans une situation totalement différente. Nous sommes dans la situation où, après la chute du mur de Berlin, on a cru qu'il n’y avait qu'une seule grande puissance. Or, depuis la dernière réunion du G20 en Corée du Sud, on se rend compte que l'on assiste à l'émergence d'une deuxième superpuissance et à une nouvelle forme de confrontation où la Chine et ses alliés, notamment la Russie, ce qui est aussi une nouveauté, cherchent à prendre pied sur le continent africain».

La responsabilité de Jacques Chirac et de Dominique de Villepin.


Pour Philippe Evanno, «cette crise ivoirienne est directement liée à l’incapacité de Jacques Chirac à comprendre l'Afrique et à réagir correctement sur les dossiers africains. N'oublions pas que le coup d'Etat de décembre 1999 pouvait être enrayé en appliquant simplement les accords de défense avec la Côte d'Ivoire. Il suffisait de faire sortir une patrouille du 43e BIMA, basé à Port-Bouët. Les mutins, qui étaient des braves garçons dont les soldes n'avaient pas été payées et qui étaient manipulés pour faire tomber Bédié, seraient tout simplement rentrés dans leur caserne».

Or, explique Philippe Evanno, «Jacques Chirac n'a pas eu le courage d'appliquer les accords de défense et cette seule absence de décision a détruit la totalité de la présence française en Afrique. À partir de cet instant, tous les chefs d'état africains disposant d'accords de défense avec la France ont su que la parole de la France ne valait plus rien». Après le coup d'état de 1999, les autorités françaises, avec Alassane Ouattara, ont organisé le partage du pays en deux : «C'est Dominique de Villepin qui est à l'origine de cette partition. En pleine paix, on a coupé un pays en deux pour des intérêts assez difficiles à expliquer. On a imposé à la Côte d'Ivoire une succession d'accords internationaux qui ont cherché à limiter sa souveraineté, notamment une commission électorale dite indépendante, qui est constituée quasi exclusivement d'opposants au pouvoir en place». Alors, Laurent Gbagbo est-il fondé à contester le résultat de cette élection présidentielle ? Philippe Evanno rappelle qu’au second tour, «Laurent Gbagbo n'avait que deux représentants sur une douzaine de commissaires centraux !


Cette commission avait trois jours pour rendre sa décision. La commission électorale s'est retrouvée dans l'incapacité de proclamer les résultats et la Constitution ivoirienne prévoyait qu'à ce moment-là, le rôle de proclamer les résultats revenait au Conseil constitutionne
l.
Il y a donc eu l'organisation d'une conférence de presse à l'Hôtel du Golf, le siège de campagne d’Alassane Ouattara, avec l'ex-président de la commission électorale, pour annoncer des résultats non certifiés et qui ont été évidemment inversés par le Conseil constitutionnel».

Ainsi, «cette commission indépendante ne l'était pas réellement, puisque composée essentiellement d'adversaires à Laurent Gbagbo. Mais cela ne veut pas dire que cette commission n'ait pas fait un très gros travail. L'ONU a été incapable de respecter ses engagements et d'assurer le désarmement des forces de la rébellion au nord. L'élection a eu lieu sous le contrôle des forces armées de la rébellion. Ce sont des seigneurs de la guerre, qui détournent les taxes et les impôts à leur profit, qui ont pris le contrôle du diamant et de différents minerais et contrôlent une partie du commerce du cacao. Cette rébellion au nord est une organisation politique, économique et militaire et elle est restée en place alors que différentes résolutions de l'ONU et différents accords internationaux prévoyaient que l'élection ne pourrait pas avoir lieu tant que le désarmement ne serait pas effectif». Dans ce contexte, il faut bien comprendre, souligne Philippe Evanno, que l’on a organisé des élections «dans un pays dont une partie du territoire était aux mains de milices armées».

ECOUTER L'INTERVENTION DE PHILLIPE EVANNO : http://www.ndjamena-matin.com/ext/http://www.kernews.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=269%3Ales-interets-economiques-francais-menaces-en-cote-divoire--les-explications-de-philippe-evanno&catid=40%3Apolitique-et-economie&Itemid=59

21:12 | Commentaires (9) |  Facebook | | |

Commentaires

Ivoiriens,Ivoiriennes,ne soyons pas surpris et restons serein : la Côte d'Ivoire est un GRAND PAYS ET DIEU NE NOUS LAISSERA JAMAIS TOMBER.

Écrit par : Mohamed Radwan | 09/12/2010

effectivement nous prions tous Dieu et vraiment Il est juste et fera triompher la verité et la volonté du peuple.
quand je lis cette article, je note carement hors sujet. le vrai debat est a mon sens la question de la volonté du peuple au soir du 28 nov dernier. que la Cei ait proclamé hors delai soit, le Conseil consultatif (qui n'organise pas les elections donc qui n'est pas sur le terrain) s'est basé sur quel dossier pour executer les plaintes du lmp bref. apres soustraction des voix de 7 departements dans le fief de son adversaire, gbagbo gagne avec 51%. il n'a pas la majorité (Dieu sait mieux que nous). c'est honteux de dire ils ont organisé les elections sans desarmement qui? gbagbo a accepté d'y aller tu dis toujours qu'il est l'homme courage donc ne regrette pas sa decision à sa place. donc pour moi la question c'est comment en moins de 24 h yao ndré a t-il enquété pour annuler toutes ces voix. gbagbo ne croyait pas gagner quand meme dans ces zones (lol). si pour toi les observateur sont pas juste qu'est-ce prouve que yao ndré (l'ami de gbagbo) est juste. alors avant de nous parler de la communauté internationale (qui n'a pas voté) revenons à nos urnes. a propos, c'est la chine et la russie qui n'auront pas aussi d'interet ou quoi ?, la france a beaucoup fait pour ce pays. revenons plutot a nos urnes SVP. si tout le monde est contre, peut etre qu'il faille se poser aussi une question sur soi...Merci

Écrit par : Debat Intelectuel | 10/12/2010

Je voudrais de la part de ma legitime ignorance vous proposer une solution pacifique en ce qui concerne les crises entre les etres humains du genre BLANC et çeux du genre NOIR.
Les quelques lignes des écrits conservés par les chercheurs historiens me disent que la Cote d'Ivoire est un ETAT colonisé et que la Base Militaire Française a pour role principale de protéger les interets du PEUPLE FRANCAIS(C'est juste). LES PEUPLES KROU-KWA-GUR-MANDE voudraient simplement etre maitres de leur destin. Est -il possible? Si oui, je prierai la FRANCE de bien vouloir l'enseigner à ses ENFANTS. Si non, qu'elle l'enseigne aux miens.
A tous les ivoiriens qui prétendent etre souverains( Moi absolument non, car né dans la salle à manger de la base militaire francaise et alimenté des restes fièrement deversés dans les poubelles par ses militaires), je propose:
Une Patition Pacifique du pays en fonction des GRANDS GROUPES ETHNIQUES et leurs respectives aspirations Politiques-militaires -éconmiques surtout, celles (aspirations) de la revision des traités de colonisation : Chaque grand peuple désire une liberté FEDERALISTE CONSTITUTIONELLE ET INSTITUTIONELLE. C'est en cela que chaque parti politique en Afrique aura éternellement une action ethnique ( L'HOMME BLANC n'y pourra rien changer meme avec l'aide des Esclaves Esclagistes).
LE FEDERALISME sur la parcelle africaine de l'humain du genre NOIR est une vérité antique culturelle, cette forme de DEMOCRATIE exportée par LES COLONS et aveuglement importée par quelques Esclaves Esclavagistes restera source de TENSIONS entre NOIR pour l'unique interet des COLONS : coloniser d'avantage, encore et encore pour des siècles et des siècles. Et cela l'humain du genre BLANC ne l'enseignera jamais à ses enfants.
Si monsieur Jacques Chirac et ses enfants ( les français )seront en mesure de comprendre cette oeuvre d'art, ils auront connut L'Homme du genre NOIR car le NOIR est fédéraliste depuis sa création et son sang a plus que jamais besoin de suivre son DESTIN dans les lits de ses fleuves historiques: CIVILISATION DES PEUPLES NOIRS DE L'AFRIQUE
www.myspace.com/nahjayjay et www.myspace.com/dahiryart
je vous saouhaite un bon divertissement.
Cordialement
NAH JAYJAY

Écrit par : NAH JAYJAY | 10/12/2010

Merci Nah Jay Jay,notre combat c'est que les africains prennent conscience et deviennent véritablement libre!Merci.

Écrit par : Mohamed Radwan | 10/12/2010

J epenses que les soit disant analystes sont des cons.
1-Rapel toi que gbagbo avait revoqué l'autre president de la cei pour le faite qu'il soit proche de l'opposition, et pour ton information la cei est constitué de représentant legales de chaque camp et des observateurs et gbagbo connaissait bien sa composition et il est aller aux elections.
2-Tout le monde sais que ces elections ont coûté beaucoup à la communauté internatinnale et gbagbo a n' a même profiter s'en remplir les poches
3-La certification de mandé par les differents partis n'etait pas en desaccord avec gbagbo
Alors que voulez vous?
la certification demandé est au dessus de toutes ces tralalala qu'on se raconte, c'est comme une norme nationale et une norme internationnale, la norme norme natinale (ivornorme) n'est peut pas être au desssus de la norme internationale (isonorme).
Alors de grace taisez vous si vous ne maitriser pas le debats,
thank, "fiers ivoriens,gbagbo vous roule"

Écrit par : cool | 11/12/2010

Au moins un sons de clohe discordant mais objectif pour dire que dans la population française, il y a des intellectuels et non des moindres qui épousent la cause du Noir. parce que tout ce qui se passe sous nos yeux n'est rien d'autre que la manifestation d'un racisme exacerbé. Les Blancs n'ont aucun égard pour les institutions africaines. Tout le monde sait bien que la CEI n'a pas compétence pour proclamer les résultats définitifs des élections en Côte d'Ivoire. Nous ne parlons même pas de sa forclusion avérée puisque son président, on ne sait par quelle magie s'est retrouvé au QG de Ouattara, après 72 heures au Golf hôtel pour y proclamer les résultats. Mais, comme la mauvaise foi est la chose la mieux partagée sous les Tropiques, il y a encore des gens pour soutenir cette mascarade abusivement cautionnée par l'ONU et une certaine communauté internationale plus que partisanne. Elle s'est ruée dans le brancard pour traiter les institutions ivoiriennes de tous les noms d'oiseaux. La crise ivoirienne dure depuis le 19 septembre 2002. depuis cette date, le pays est coupé en deux. Alors si cette communauté internationale aussi puissante soit-elle voulait vraiment des élections transparentes, ouvertes, justes et crédibles, elle aurait pu exiger le désarmement des rebelles dont le chef Soro Guillaume avait été accepté comme premier ministre par le président Gbagbo Laurent, ainsi que toutes les milices d'autodéfense nées après la rebellion de 2002. L'ONU et la France pour des raisons qui leur sont propres ont été incapables de réunifier le pays. Alors il est aujourd'hui trop tard pour jouer le médecin après la mort. Si l'ONU et la communauté internationale ne peuvent pas aider la Côte d'Ivoire à retrouver la paix, qu'elles la laissent tranquille. Les Ivoiriens sont assez matures. Ils savent où se trouvent leurs interêts et leur bonheur. Il est de nos jours inadmissible qu'un citoyen trouve la mort, ou soit violé parce que simplement il veuille exprimer son droit de vote. La vie est sacrée!!!

Écrit par : ohoro paulin | 11/12/2010

Vous êtes tous des achetés de M.Laurant Gbagbo.

Écrit par : KONATE | 13/12/2010

@KONATE : C'est tout,c'est ton raisonnement ça ? T'as pas besoin d'être acheter par quelqu'un toi,T'ES PERDU TOUT SEUL !

Écrit par : Mohamed Radwan | 13/12/2010

comme quoi des gouverneurs a la solde de la vieille metropole en pleins 3ieme millenaire ca existe encore. Vous etes vraiment de la tranche de ses africains sans dignites et integrites qui rejettent toute forme de verites allant meme contre la legislation du code electoral."que la Cei ait proclamé hors delai soit" minimisant ainsi l' impacte de la declaration non valide de la CEI au lendemain de 72hrs qui leur etait donne. C' est vraiment honteux, des hors la loi comme vous! l' article n' est point hors sujet, c' est la verite qui vous trouble et vous avez meme le toupet de faire appel a Dieu.

Écrit par : Serge Akmel | 13/12/2010

Les commentaires sont fermés.