topblog Ivoire blogs

22/07/2011

RTI : Le journaliste Hermann Aboa arrêté

285382_2294949576793_1340697663_32720240_641392_n.jpg
<< Plus vous prétendez comprimer la presse, plus l’explosion sera forte. Il faut donc vous résoudre à vivre avec elle. >>, CHATEAUBRIAND (François René de)




La liste des prisonniers des nouvelles autorités ivoiriennes s’allonge. Hermann Aboa, journaliste à la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI), plus précisément à la première chaîne de la télévision nationale, a été arrêté hier jeudi 21juillet 2011, à 14 h par les services du procureur de la République et placé immédiatement sous mandat de dépôt.

«Appel à l’insurrection, usurpation de titre », entre autres, sont les chefs d’accusation retenus contre le journaliste.

Le mercredi 20 juillet, dans le cadre de l’appel lancé récemment par le procureur de la République à l’endroit du président Laurent Gbagbo et ses proches afin qu’ils négocient le dégel de leurs avoirs, Hermann Aboa s’est rendu dans un bureau situé à Cocody-Angré pour les formalités d’usage. Mais le procureur Djè qui devait le recevoir était absent. C’est alors que lendemain, il est reparti sur les lieux où finalement, il a rencontré le magistrat en question. 5 heures, c’est le temps qu’a duré son audition au terme de laquelle, le journaliste sorti récemment de sa cachette, a été mis aux arrêts. Hier, à 16 h, au moment où nous mettions sous presse, il était gardé dans un commissariat de police, en attendant qu’il soit transféré dans une prison du camp de gendarmerie d’Agban, à Abidjan. La MACA, toujours en réfection, ne pouvant pas l’accueillir.

Ce nouveau dossier sensible qui vient de s’ouvrir sur les hommes de média accusés d’être proches du président Gbagbo, rappelle combien la liberté de la presse en Côte d’Ivoire a atteint des proportions plus qu’inquiétantes. Hermann Aboa, s’en va donc rejoindre dans les geôles du nouveau pouvoir, Franck Anderson Kouassi, Armand Bohui Komé, Serges Boguhé et Germain Guézé. Toute une équipe rédactionnelle aux sièges écarlates à sauver au nom de la liberté de la presse !


Source : Notre Voie

09:38 | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.