topblog Ivoire blogs

27/07/2011

Le FPI est-il en train de lâcher Gbagbo?

index.jpgLe Lundi 25 Juilleut 2011, Miaka Oureto, nouveau président du Front populaire ivoirien (Fpi) était chez Charles Konan Banny, président de la Commission dialogue-vérité-réconciliation, accompagné de Amani N`guessan Michel, Odette Lorhougnon, Dano Djédjé, Alphonse Douaty.A la sortie de cette audience le Président du FPI faisait une déclaration pour le moins surprenante.

L'attention de l'observateur est incontestablement attiré par cette déclaration qui a des allures de lâchage de Laurent Gbagbo et des autres cadres du FPI en détention.En effet Ouretto après avoir pendant des mois "exigé" la libération de Gbagbo comme préalable à toute réconciliation affirme tout le contraire aujourd’hui.

Ainsi à la question : Est-ce que le Front populaire ivoirien fait toujours de la libération de ses cadres, un préalable à la réconciliation ? ,Miaka Ouretto réponds : "Oh… ça, ce sont des détails" avant d'ajouter "nous ne parlons pas de préalable. Nous n`avons jamais dit qu`il y avait un préalable".

Photos du profil (1).png


Ensuite le nouveau patron du FPI dégage la responsabilité de son parti en affirmant que les responsabilités sont personnelles.En claires Miaka affirme que les cadres du FPI arrêtés n'ont qu'à se débrouiller tout seul et que son parti n’entend en rien partager la responsabilités de actes du régime de Laurent Gbagbo.

Selon le FPI donc "la responsabilité, elle est d`abord, individuelle parce qu`aujourd’hui`hui, il s`agit d`aller vers une sorte cathartique même si nous vous disons que nous endossons une certaine responsabilité. Mais nous sommes des individus qui animons ce parti. La crise-là, c`est des individus qui en portent des responsabilités. Il est bon que devant tout le peuple de Côte d`Ivoire, ces individus-là prennent la parole pour dire, moi en tant qu`individu, voilà ce que j`ai eu à poser comme acte, pourquoi je l`ai posé. Je le regrette ou je ne le regrette pas. Et comme il s`agit de réconciliation, il faut regretter son acte qu`on a posé quand on sait que cet acte-là est mauvais de la communauté à laquelle on appartient. Donc, poser comme préalable la libération, nous ne le pourrons pas."

Comment expilquer ce revirement brusque juste après le départ de Koulibaly du FPI?Est-ce par opportunisme politique quand on sais que Miaka et certains caciques du FPI avaient à l'époque voulu une entrée du parti au gouvernement?

Les nouveaux tenants du FPI et leurs sympathisants ont -ils finis de se contredire dans des desideratas malsains et leurs courses-poursuites contre les “traitres”? On verra,le mois qu’on puisse dire c'est que ça commence bien...

11:17 | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Commentaires

miaka Ouretto se dédit " Nous n`avons jamais dit qu`il y avait un préalable"

Écrit par : Mohamed Radwan | 27/07/2011

Les commentaires sont fermés.