topblog Ivoire blogs

30/12/2011

INTERVIEW DE MAMADOU KOULIBALY : «OUATTARA, C'EST LA DECEPTION!»

images.jpeg"LE TALK" du président Mamadou Koulibaly,President de LIDER, sur Africa 24. Un regard pointu et sans concession sur la gestion étatique anticonstitutionnelle d'Alassane Ouattara.



LE TALK - Mamadou KOULIBALY - Côte d'Ivoire par AFRICA24

19:22 | Commentaires (0) |  Facebook | | |

PÉTITION DES ÉTUDIANTS DE COCODY POUR LA LUTTE CONTRE LES ANNEES BLANCHES DESTRUCTRICES

Des étudiants de l’Université de Cocody (Abidjan) ont lancé une alerte aux autorités étatiques sur leur situation de « désœuvrement » consécutive à la fermeture des universités intervenue en mars 2011, officiellement pour des travaux de rénovation.Ces étudiants ont mis en ligne une pétition pour la réouverture de l'université de Cocody à Abidjan, la plus grande université publique de Côte d' Ivoire, avec une liste de propositions visant à "lutter contre les années blanches".Adressée au président de la République et au ministre de l’Enseignement supérieur, la pétition déplore la fermeture depuis fin mars de l'université, "laissant dans l'oisiveté presque 60.000 étudiants".Les pétitionnaires souhaitent la prise "des mesures nécessaires pour accélérer les travaux en cours et de privilégier la restauration des bâtiments de cours plutôt que la construction des murs d'enceinte qui pourraient être construits ultérieurement" et proposent éventuellement l'installation de "grandes bâches" en attendant la finalisation des travaux.


POUR SIGNER LA PETITION RENDEZ VOUS SUR LEUR SITE
: CAMPUS LIBRE

« Depuis la fin du mois de mars 2011, l’Université de Cocody est fermée, laissant dans l’oisiveté presque 60 000 étudiants », ont affirmé les étudiants dans une pétition rendue publique ce mardi 27 décembre 2011.

Une situation qui laisse sur le carreau les moins nantis d’entre eux, tandis que « ceux ayant les moyens financiers nécessaires, ont pu s’inscrire dans des universités privées pour continuer leur cursus », déplorent les étudiants ivoiriens.

La Côte d’Ivoire, a traversé entre novembre 2010 et avril 2011 une crise grave consécutive à un contentieux électoral et qui a occasionné beaucoup de dégâts humains et matériels.

Pétition des étudiants de l'université de Cocody- Abidjan.png



POUR SIGNER LA PETITION RENDEZ VOUS SUR LEUR SITE
: CAMPUS LIBRE

A travers cette fermeture de l’université, rappellent-ils, les autorités devaient « restaurer les locaux et lutter contre les réseaux estudiantins qui se sont avérés préjudiciables à la sécurité et à l’équité au sein de l’université », mais « les quelques mois de fermeture initialement prévus se sont prolongés et il est annoncé une réouverture, encore incertaine, en octobre 2012 », ont déploré ces étudiants qui vivent sous la hantise d’une année blanche, « préjudiciable » à leur avenir.

A cet effet ils ont demandé au chef de l’Etat Alassane Ouattara, ainsi qu’au ministre de la recherche scientifique d’accélérer les travaux de restauration des bâtiments afin que les cours reprennent, de payer les arriérés de salaires des enseignants pour éviter que la reprise soit paralysée par des grèves et d’enrayer la naissance d’organisation syndicale estudiantine, responsable de la violence au sein du campus.

En Côte d’Ivoire, le milieu estudiantin est au cœur de grands tiraillements politiques, à travers notamment la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci). Ce syndicat étudiant très politisé a souvent dicté sa loi sur les campus abidjanais mais est aujourd’hui mis à l’index par le pouvoir pour son rôle « négatif » durant la crise postélectorale.

L’actuel premier ministre Guillaume Soro comme Charles Blé Goudé, le chef en fuite des « jeunes patriotes » (mouvement de soutien au président déchut Laurent Gbagbo), sont tous deux d’anciens dirigeants de la Fesci.

POUR SIGNER LA PETITION RENDEZ VOUS SUR LEUR SITE
: CAMPUS LIBRE

La presse écrite et la presse en ligne ivoirienne s'en ait fait un large écho.

Sur Facebook
Sur Télédiaspora.net
Sur Webremix.info
Sur Ouestaf.com
Sur Afriqinfos.com
Sur Connectionivoirienne.net
Sur Verite-reconciliation.org
Sur Souslemanguier.com

16:02 | Commentaires (0) |  Facebook | | |

La liberté : le point de vue du "lion" ivoirien

On entend de manière récurrente des intellectuels se prononcer sur le problème de la pauvreté en Afrique qui perdure après plus d’un demi-siècle d’indépendance. Faire parler ces intellectuels, en opposant le regard du chasseur (les occidentaux) à celui du lion (les africains) a d’ailleurs fait l’objet du film reportage du rappeur sénégalais Didier Awadi « Le point de vue du lion ». Clin d’œil au célèbre proverbe africain qui dit que « Tant que les lions n'auront pas leurs propres historiens, les histoires de chasse ne pourront que chanter la gloire du chasseur. » Mais que nous disent ces lions ? Quelles voies pourraient répondre à leurs préoccupations ? Que pensent plus particulièrement les « lions » ivoiriens ?

point-de-vue-du-lion.jpg


Il ressort du film que, pour tous les « lions », l’Afrique souffre d’une forte domination : domination des anciennes puissances coloniales, essentiellement la France, à travers la monnaie, les bases militaires, les réseaux dits françafricains et des entreprises multinationales protégées ; domination soutenue par des dirigeants africains complices baignant dans la corruption sous-jacente, sous perfusion d’aide publique internationale. Les Africains sont ainsi maintenus en captivité à la fois par un système de domination mondiale mais également par leurs propres dirigeants. Tel est le constat unanime des « lions ». Ils s’expriment cependant peu sur les voies à emprunter pour sortir les populations africaines de ce carcan oppressant. Ils dénoncent. La prise de conscience est d’ailleurs le début de l’engagement.


Cependant, si l’on décortique leurs analyses, sachant que l’Afrique est dominée au plan international et que ses dirigeants, plus ou moins complices intéressés de cette emprise, enfoncent leurs pays depuis des décennies dans une pauvreté croissante, il est difficile de chercher en eux la solution, sauf à attendre l’avènement d’un leader charismatique, ce qui semble peu probable. Si la solution ne vient ni de l’extérieur, ni des dirigeants africains, naturellement l’analyse s’oriente vers des solutions libérales. D’ailleurs, les audits de la liberté économique dans le monde réalisés par le Fraser Institute et l’Heritage Foundation, mettent clairement en évidence que la liberté et le progrès sont intimement liés. Si les gouvernements ne font rien pour les populations, ils se devraient au moins de les désenchaîner pour qu’elles puissent créer leur propre richesse. Comme les leaders semblent peu enclins à desserrer l’étau, il est urgent de former une société civile forte qui ait la maturité et la détermination de demander sa liberté.

La liberté peut paraître un objectif imprécis mais si l’on parle concrètement de : faciliter les échanges commerciaux ; de simplifier les formalités de création d’un entreprise et d’en diminuer les coûts ; idem pour les titres de propriété privée ; si l’on parle d’impôts moins écrasants et de déclarations fiscales simplifiées ; de justice efficace et impartiale capable de protéger la propriété et les contrats ; de protection des inventions ; de liberté de s’exprimer ; de diminution de la corruption grâce à un contrôle de l’action des dirigeants, etc. Tout cela donne du volume au mot liberté.

Les Ivoiriens ne s’y trompent d’ailleurs pas. Les différentes crises ont fini par les convaincre de l’impératif de vivre plus libres. La défaillance de leur Etat depuis les indépendances est incontestable. Soulignons que la Côte d’Ivoire figure dans les Etats les plus défaillants dans les classements mondiaux.(10ème Etat le plus défaillant sur 177 selon le Fund for Peace pour l’année 2011). Si jadis les conversations étaient ponctuées de « ça va aller », cette expression fataliste tend à disparaitre peu à peu des échanges. L’heure est à la prise de conscience et à la recherche de solutions concrètes.

Audace Institut Afrique s’est intéressé, début décembre, au point de vue des Ivoiriens, à leurs espoirs et surtout à l’importance qu’ils accordent à la liberté. Une enquête a donc été menée par l’équipe de l’institut auprès des populations d’Abidjan dans différents quartiers (Abobo, Adjamé, Williamsville, Yopougon, Cocody, Palmerais) mais également à Grand Bassam et Daloa.

Les résultats sont sans ambigüités : OUI ! Les Ivoiriens sont attachés à la liberté à 96% quels que soient leur âge, leur sexe, leur catégorie socioprofessionnelle ou leur lieu de résidence. Ils pensent à 81% que c’est une solution pour faire reculer la pauvreté et 62% croient d’ailleurs plus en l’entreprise qu’en l’Etat pour ramener la croissance dans le pays. Conscients de l’échec des voies déjà empruntées, 67% pensent que l’aide publique au développement n’est pas utile et que sans elle l’Afrique peut avancer. Ils sont en effet 73% à croire que le continent n’est pas condamnée à la pauvreté. Les « lions » ivoiriens veulent la liberté !

L’analyse montre donc que non seulement, dans le contexte, la liberté est la seule voie de progrès adaptée au continent mais il semble que les Africains soient prêts à faire le grand saut et à prendre en main leur vie dignement, de manière responsable, comme en témoigne l’exemple ivoirien. On critique souvent leur, soi-disant, irresponsabilité mais comment être responsable sans liberté ?

Après la phase pertinente de la prise de conscience, après avoir dénoncé, comme nous le montre « le point de vue du lion », les intellectuels africains devraient désormais engager un combat pour résoudre les problèmes identifiés. Le libéralisme étant la voie indiquée, il conviendra dans un premier temps de renverser toutes les idées reçues qui tendent à l’identifier comme le problème plus que la solution. Cette détermination des grandes puissances à cacher l’intérêt que la liberté apporterait à l’Afrique signe en elle-même la volonté de perpétuer la domination. Alors que les « lions » dénoncent de manière récurrente les monopoles des entreprises multinationales, regardons dans le monde où sont les monopoles. Ils sont dans les pays les moins libres car un monopole ne peut exister que s’il est protégé par des gouvernements amis. Que les « lions » se réveillent, qu’ils arrachent les œillères qui les empêchent de trouver la sortie de l’enclos ! Le « lion » ivoirien est debout et veut en sortir. Une mobilisation forte de la société civile devrait aider à en faire tomber les grilles, même si la porte reste verrouillée à double tour.

Gisèle Dutheuil, analyste pour Audace Institut Afrique.

15:35 | Commentaires (0) |  Facebook | | |