topblog Ivoire blogs

01/11/2011

Résistance et valeurs

Alors que 6 mois après la chute du régime de la refondation,les exilés de luxe du FPI continuent d’appeler à la résistance,je soumet à mes lecteurs la relecture de cette analyse Sylvestre Konin datant d'Avril 2007.C'est quoi résister?Résister pour quoi?Ou la résistance nous a t-elle conduit?Des questions qui sont encore d'actualité aujourd’hui et qui devrait faire réfléchir tous les résistants électroniques et autres patriotes auto-proclamés,sur le sens,la portée et les valeurs de leur résistance.

images.jpgCes temps-ci, nous avons assisté, médusés, à certains évènements médiatiquement qualifiés d’historiques. Dans une sorte de fracture intellectuelle sans précédent, les politiques et les médias (le «haut» de la société) ont exulté, quand le peuple, lui, est resté perplexe ! C’est que la petite chute de notre mur de Berlin à nous (le barrage de Djébonoua) n’a pas été suivi de ferveur populaire ! On est loin, très loin, du déferlement de joie et de coups de klaxons qui avait fait suite à l’annonce de la libération de Bouaké en 2003 ! Ou de l’hystérie collective qui s’était emparée de nous à l’annonce de la première qualification (indiscutablement historique) de la Côte d’Ivoire pour la coupe du monde de football ! C’est que le peuple sait faire la différence entre les joies qui lui viennent des tripes, et les incantations de leaders qui croient nous posséder au point d’être maîtres de nos émotions. Il sait faire la différence entre un bon kédjénou de poisson bien frais pêché dans nos eaux douces d’avant leur pollution aux déchets toxiques, et les couleuvres et autres anacondas qu’on lui demande d’avaler pour avoir la paix ! Nous aurions continué à nous taire si les partisans de l’illusionnisme et de la mystification n’avaient pas été trop zélés ces derniers jours, «obligeant» de vraies icônes de la Résistance ivoirienne à s’afficher en public avec des non-valeurs ! Au vu de ce spectacle surréaliste, nous ne pouvons nous empêcher de nous poser quelques questions. Pour quelles valeurs nous sommes-nous battus et qui ont justifié que certains d’entre nous laissent leurs vies dans ce combat ? Si ce n’est pas si grave qu’un Sidiki Konaté, qui a le sang de nos camarades sur les mains, devienne ministre, sans qualité (son dernier poste avant de s’enrôler dans la rébellion était «Pousseur de chariots à l’aéroport de Francfort») ; si ce n’est pas si grave que Soro Guillaume, l’ennemi d’hier, étudiant presque sans diplôme et sans expérience professionnelle, qui a revendiqué l’organisation de nos souffrances et les tueries de nos camarades vienne tranquillement souiller notre administration en en devenant le patron, pourquoi devrions-nous être offusqués qu’un Bédié revienne au pouvoir, avec l’aide (même sanglante) de la France ? Pourquoi devrions-nous être offusqués qu’un Ouattara vienne au pouvoir, avec l’aide (même sanglante) de la France ? Une fois qu’on aura fait tomber une à une les valeurs qui nous permettent de distinguer ce qui nous horrifie de ce qui nous fait exulter, où devrions-nous nous arrêter ? Si les morts nous regardent, que pensent nos camarades qui ont donné leurs vies (ce qu’ils avaient de plus cher) pour une certaine idée de la Côte d’Ivoire ? Sont-ils satisfaits de nos petits arrangements et autres danses indécentes avec leurs bourreaux d’hier ? Pourquoi sommes-nous si prompts à confondre réconciliation, récompense et réjouissance ? Nous sommes un certain nombre à penser que si nous étions morts pour ça, ça aurait été pour rien. Si ce n’est que pour ça, chacun d’entre nous a le devoir historique et moral de retenir ses enfants, ses parents et autres amis à la maison la prochaine fois que les amis d’aujourd’hui auront quelques ennuis entre eux, au risque de les voir mourir pour rien.

Au moment même où nous piétinons nos symboles et nos valeurs en rêvant d’une paix illusoire, une partie de notre destin se joue ailleurs. Le second tour de la présidentielle française opposera, dans un peu moins de deux semaines, Ségolène Royale à Nicolas Sarkozy, avec un avantage sérieux pour le second. Du coup, notre course contre la montre vers la paix, au cours de laquelle nous avons en autres accepté de tout payer sans broncher à notre principal agresseur (réhabilitation des écoles françaises, dédommagement des entreprises françaises et des citoyens français pour les pertes subies en novembre 2004), commence à nous apparaître dans toute sa laideur, encore une fois comme un sacrifice coûteux et inutile.

Comment en sommes-nous arrivés là ?

En novembre dernier, après un peu plus de quatre années de résistance et de sacrifices, il nous semblait possible de porter le coup fatal à la France après son honteux et spectaculaire échec à l’ONU. Alors que notre ennemi historique traversait une période de doute sans précédent, et qu’il était malmené par ailleurs («smatché» par le Rwanda de Paul Kagame par une historique rupture de relations diplomatiques), nous avons choisi, contre toute attente et contre l’avis du peuple consulté, d’offrir une porte de sortie honorable à tous nos ennemis d’hier, pour ne pas avoir à mener la bataille de Kirina. A Blaise Compaoré, le rôle d’apôtre de la paix ; aux Soro et autres Sidiki Konaté, des rôles de Premier ministre et ministres ; à la France, dédommagement, silence, renouvellement de contrats. Au peuple, on a demandé de considérer cela comme le dernier sacrifice pour la paix. Est-ce vraiment le dernier ? Les derniers sacrifices, on en a vu beaucoup dans cette crise. Et malheureusement, il est possible que celui-ci, qui pue jusque dans nos cerveaux, ait de très fortes chances de connaître le même sort que les précédents. Pourquoi ? A cause de la nature du grand mensonge stratégique qui l’a entouré de part et d’autre. Côté rebelle, Chirac étant partant, il y avait un risque qu’arrive au pouvoir quelqu’un qui ne veuille plus continuer l’aventure de déstabilisation avec le même niveau d’engagement. Il fallait donc saisir la perche tendue par le «grand méchant diable» d’hier, et jouer la comédie à fond (avec zèle), pour pouvoir la transformer en réalité plus vraie que vraie si les évènements de Paris étaient défavorables. Bien entendu, au cas où ces évènements seraient favorables, il serait toujours possible de se réveiller comme un agent dormant (double) et de provoquer une rupture sur un quelconque sujet, qui deviendrait subitement sensible. Côté Résistance, les calculs sont moins précis : on fait toutes les concessions possibles pour faire avancer le «processus de paix», avant l’arrivée du successeur du grand organisateur du chaos ; celui qui arrive sera nécessairement moins belliqueux, et on pourra continuer la série des sacrifices pour consolider le «processus» et arriver définitivement à la «paix».

Sauf que voilà : après le premier tour des élections présidentielles, celui qui arrive en tête avec une avance confortable est un certain Sarkozy, qui est le témoin de mariage de notre Ouattara «national» et qui vient de déclarer, à propos du Président Gbagbo, qu’il ne parle qu’à des chefs d’Etat élus et non à des gens qui veulent se maintenir sans cesse au pouvoir sans élections. «On s’en fiche, on a vu pire que ça», me direz-vous ? Oui, sauf que si Sarkozy passe, c’est plus que certain qu’il réveillera l’agent double dormant qui nous sert en ce moment de Premier ministre, et que dès lors, nous devrons nous battre pour de bon, pour notre paix. Entre temps, nous aurons piétiné nos valeurs et nos symboles, dansé avec les assassins de nos camarades, bu et rigolé avec toute cette racaille pour rien ! Après cela, combien de patriotes résistants seront encore prêts à donner leurs vies pour ce combat ?

Malgré cela, et peut-être même pour cela, nous autres, disons : «Vive Sarko !». Comme ça, soit nous périssons tous pour rejoindre nos camarades et égaler leurs sacrifices, soit nous nous levons tous dans un dernier et improbable sursaut pour vaincre l’ennemi et rendre les sacrifices de nos camarades utiles. Finalement, ce Sarkozy, que d’aucuns présentent comme un individu dangereux pour nous si nous voulons briser le pacte colonial, est notre véritable allié. Son avènement nous sortira de la mauvaise comédie que nous nous jouons ici à nous-mêmes. Si les hypocrites de socialistes passent, jamais on n’aura l’opportunité de sortir de cette Françafrique. On continuera à nous bercer et à se bercer d’illusions, à nous endormir et à s’endormir. Avec Sarkozy, c’est le réveil assuré pour nous tous (de gré ou de force), pour affronter, une bonne fois pour toutes, notre contradiction principale (la France), pendant que celle-ci sera à coup sûr en train de s’étouffer dans ses propres contradictions internes, avec un fou à sa tête.

Finalement, vive Sarko, pour que renaisse la Résistance ivoirienne et africaine, la vraie !

Sylvestre Konin
index.jpg

08:49 | Commentaires (0) |  Facebook | | |

29/10/2011

Reconstruction de la Côte d’Ivoire post-crise : Promouvoir la liberté pour émerger


Dev.jpgL’avenir de la Côte d’Ivoire dépend de sa capacité à gérer et à résoudre les défis colossaux qui se présentent à elle après près d’une décennie de guerres. Une analyse de Mohamed Radwan.


La reconstruction post-conflit se veut un système complexe qui prévoit des programmes simultanés à court, moyen et long terme destinés à prévenir l’escalade des disputes, éviter la rechute dans les conflits violents et renforcer et consolider une paix durable. En dernière analyse, elle s’attaque aux causes profondes d’un conflit et jette les fondements de la justice sociale. Les liens entre le développement, la paix et la sécurité sont devenus, au cours de la dernière décennie, l’axe central de la réflexion et de la pratique en matière de reconstruction post-conflit.

Les systèmes de reconstruction d’après-guerre requièrent un processus global de planification stratégique de la liberté qui détermine la vision d’ensemble, fixe les priorités, identifie les jalons et négocie un réseau approprié de responsabilités entre les différents acteurs intérieurs et extérieurs du système.

Construire un Etat de droit


Dans l’idée libérale, Etat de droit et développement vont de pair. Dans le cas de la Côte d’Ivoire, cette exigence est encore plus grande dans la mesure où, au-delà du développement, ce qui est jeu, c’est d’abord la construction, ou plus précisément la reconstruction. Il faut réédifier les fondements de la société ivoirienne et reformer les institutions. L’Etat de droit est d’évidence une condition sine qua non de la reconstruction, car il ne n’est pas question de rebâtir des routes ou des maisons détruites tant que les causes ayant conduit à leur démolition perdurent.

Dans la Côte d’Ivoire post guerre, l’Etat de droit n’existe plus et l’Etat tout court est lui-même en ruine. Les forces armées non conventionnelles pullulent encore dans les rues, la sécurité et la justice sont quasi inexistantes. Pour qu’un État puisse effectivement être régi par des règles, il faut qu’un certain nombre de conditions qui tiennent à la nature de l’environnement politique soient remplies. Dans l’État de droit, la contrainte est exercée conformément à des règles. Ces règles s’appliquent aux comportements des sujets de droit. Or, si la loi ne règne pas, des hommes le feront : il n’y a pas de tierce option. Qu’est-ce qui distingue dès lors l’État de droit d’un État despotique qui fonctionne par l’intermédiaire de décisions et de règles qu’il aura plu au souverain-despote de bien vouloir formuler, en violation de la Constitution même?

La restauration de l’Etat de droit apparait comme le terreau de la reconstruction. Les populations et les investisseurs étrangers ne se sentiront rassurés et prêts à engager leur patrimoine dans notre pays que s’ils ont la certitude de pouvoir bénéficier de toutes les garanties légales contre les prédateurs de toutes sortes. Les relations entre État de droit et développement ne sont plus à démontrer, une littérature abondante existant en la matière. L’État de droit permet d’adapter les réformes du système judiciaire, de manière à le rendre plus efficace et à mieux répondre aux besoins de la reconstruction de l’économie par la stimulation des investissements, la protection des contrats, la libération des populations et la garantie de transparence, notamment dans les transactions commerciales.

Le rôle de l’État de droit consiste donc à mettre en place des institutions efficaces et capables de garantir les droits de propriété, cette dernière devant être comprise comme une institution économique entrant dans le commerce. Sa protection consisterait donc à faciliter l’accès à la propriété individuelle et foncière, en rendant la terre à ses propriétaires originels. Quand on sait que les litiges fonciers on été l’un des facteurs de tension ayant conduit à la guerre, il est d’évidence urgent de prendre des mesures correctives et sortir du système selon lequel la terre appartient à l’Etat ou a celui qui la met en valeur.

Ces changements sont certes idéels mais nécessaires pour permettre de rendre la notion d’État de droit plus proche de nos réalités nationales. Lorsque les libertés sont promues, les populations acquièrent une part importante du patrimoine national.

Eviter le piège de l’aide publique extérieure et l’endettement

Depuis la fin des hostilités, la «communauté internationale» s’est précipitée au chevet de notre pays pour «aider» à sa reconstruction. Dès lors, on a assisté, à grand renfort de publicité, à des dons et autre prêts consentis par les bailleurs de fonds et les «amis da la Côte d’Ivoire». Mais il faut aller au-delà des apparences médiatiques.

Aucun pays pauvre n’a jamais réussi à se développer grâce à l’aide publique. Bien au contraire, elle encourage la corruption et est source de conflits, tout en décourageant la libre entreprise. Dans une situation de reconstruction post-guerre, le risque est encore plus grand. L’aide publique au développement a toujours eu tendance à générer une course à l’enrichissement des élites politiques, tandis que les populations, elles, s’installent dans un attentisme ingénu, attendant que l’Etat les prenne en charge. Après tout, n’ont-elles pas vu à la télévision que «les blancs ont donné de l’argent» ?

Dans les situations post crise, les gens sont tout à fait en droit d’attendre de l’aide. En économie, c’est qu’on appelle des incitations. Mais si l’on envoie aux populations de mauvaises incitations, elles auront naturellement de tout aussi mauvaises réactions. C’est pourquoi la majorité des pays subsahariens se débat dans un cycle sans fin de corruption, de maladies, de pauvreté et de dépendance, en dépit du fait qu'ils ont reçu plus de 300 milliards de dollars d’aide publique au développement depuis 1970. Il ne faut pas s’y tromper : ces aides n’en sont pas vraiment, puisqu’elles sont souvent assorties de taux d’intérêt non compétitifs et aboutissent aux monopoles de multinationales étrangères et à l’étatisme, tandem néfaste pour pays en reconstruction.

L’endettement à outrance n’offre pas de meilleures perspectives. Le gouvernement d’Alassane Ouattara a adopté le budget 2011 à hauteur de 3050,4 milliards Fcfa, dont 42% (soit 1281 milliards Fcfa) sont consacrés au remboursement du service de la dette. Le constat est clair : l’on se trouve dans un cercle vicieux où l’on contracte des emprunts pour rembourser des crédits antérieurs. La reconstruction du pays ne doit donc pas servir de prétexte à un endettement excessif, qui maintiendrait les populations dans la pauvreté et le désespoir, tout en faisant le bonheur des bailleurs de fonds.

En conclusion, la reconstruction de la Côte d’Ivoire est loin d’être une tache aisée, car il ne suffit pas simplement de rebâtir ce qui existait avant la crise. La consolidation de l’Etat de droit et une gestion responsable des ressources sont des préalables sans lesquels aucune stabilité politique et sociale n’est possible. L’audace pour la Côte d’Ivoire consisterait à procéder à un audit du compte d’opération de la BCEAO. Si l’on considère que le pays pèse pour 40% dans l’espace économique de l’Afrique de l’Ouest, l’on peut anticiper que le recouvrement des avoirs ivoiriens logés auprès du Trésor français serait une excellente plateforme de financement de la reconstruction nationale.

Mohamed Radwan
dans l'hebdomadaire Paix et Développement du 24 Octobre 2011

la_une.png

11:57 | Commentaires (0) |  Facebook | | |

22/10/2011

Témoignage sur les mensonges et les massacres de l'Otan en Libye

Guerre impérialiste en Libye : l'OTAN entre mensonges et terrorisme d'Etat


1415865395.jpgL’OTAN, en tant qu’organisation, est civilement responsable des dommages matériels et humains de cette guerre. Il ne fait aucun doute en droit qu’elle doit payer,même si elle tentera sûrement juridictions nationales des États agresseurs. Elle entreprend des d’invoquer un privilège de juridiction pour fuir ses responsabilités. Il appartiendra ensuite à l’Alliance de voir comment répartir la facture de ce conflit entre ses États membres, alors même que certains d’entre eux sont au bord de la faillite. Il s’en suivra des conséquences économiques désastreuses pour leurs populations, coupables d’avoir avalisé ces crimes. Et, en démocratie, personne ne peut prétendre être innocent des crimes commis en son nom.




La Justice internationale devra se pencher plus particulièrement sur le cas de « l’administration » Sarkozy —j’emploie ici cet anglicisme pour souligner que désormais le président français conduit directement la politique de son gouvernement sans passer par son Premier ministre—. En effet, la France a joué un rôle central dans la préparation de cette guerre en organisant en octobre 2010 une tentative manquée de coup d’Etat militaire, puis en planifiant avec le Royaume-Uni dès le mois de novembre 2010 le bombardement de la Libye et un débarquement au sol que l’on croyait alors possible, enfin en participant activement aux troubles meurtriers de Benghazi qui aboutirent à la guerre. En outre, la France, plus que toute autre puissance, a déployé des Forces spéciales au sol —certes sans leurs uniformes— et a violé l’embargo sur les armes approvisionnant les insurgés — directement ou au moyen d’avions qatariotes—. Sans oublier que la France a violé le gel onusien des avoirs libyens, détournant une partie des fabuleuses liquidités du Fond souverain libyen au profit des fantoches du CNT et au détriment du peuple libyen qui croyait assurer le bien-être de ses enfants une fois le pétrole épuisé.

Dans la Libye de l’après-Kadhafi, le pouvoir réel serait dans les mains des puissances occidentales, flanquées par les monarchies du Golfe. Dans ce cas les forces spéciales hisseront le drapeau du peacekeeping (« maintien de la paix ») et porteront des casques bleus.

17:48 | Commentaires (0) |  Facebook | | |