topblog Ivoire blogs

26/09/2012

EXCLUSIF : A voir le debat de l’émission "le club de la presse" sur la rebellion de 2002 censurée par la RTI

censure.jpgLe dimanche 23 septembre, à 18 heures 8 minutes, sur la RTI1, une bande déroulante a annoncé la non diffusion du CLUB DE LA PRESSE pour des "raisons techniques". Interrogé par "L'éléphant Déchaîné", Emmanuel Grattié Lavry, le présentateur de l'émission a déclaré qu'il avait été lui-même informé dans la soirée que l'émission ne sera pas diffusée pour des raisons techniques, sans plus de précisions. En réalité, cette émission, enregistrée le vendredi 21 septembre ne sera jamais diffusée et pas à cause de raisons techniques. Elle a été purement et simplement censurée.

Il y avait comme invités: Assalé Tiémoko (Directeur général et gérant de l'éléphant Déchaîné"), Saint Claver Oula (rédacteur en chef de le nouveau courrier), Eddy Pehé (directeur de publication de le nouveau réveil), Célestin Gnonzion (enseignant-chercheur, spécialiste de l'éthique de la presse). Les thèmes débattus étaient la rébellion de 2002 (bilan, financement), les rencontres de la CDVR, l'enquête sur la mort de Guéi, la drogue dans les écoles, le conseil des ministres (le code de déontologie des fonctionnaires et agents de l'Etat), l'attaque du commissariat à Port-bouet, la suspension de la sanction contre les journaux bleus. 

Eh bien les vérités qui ont été dites au cours de l'enregistrement de l'émission n'ont pas semble-t-il, fait plaisir en haut lieu. L'émission a été purement et simplement censurée.

CEPENDANT GRACE A LA DEXTERITE DE LA WEBOSPHERE POLITIQUE IVOIRIENNE CETTE EMISSION EST DESORMAIS DISPONIBLE SUR LE NET.A VOIR ET A PARTAGER!

Première Partie

Deuxième Partie

Troisième Partie

08:39 | Commentaires (0) |  Facebook | | |

17/09/2012

Adjamé : la colère monte chez les commerçants après la destruction de leurs magasins

Ce jeudi 13 septembre 2012 a Adjame renault, c'etait la desolation et la colere chez les commercants et gerants de petits magasins aux abords du trotttoir sur la voie publique, entre la station texaco et le rond point de la gare Stif. Ils sont venus constater la destruction et les restes de leurs fonds de commerce, leur gagne-pain qu'ils ont mis des années a batir. Ce sont plusieurs emplois qui disparaissent et des peres et meres de famille ainsi que des jeunes gens qui se retrouvent du jour au lendemain dans la rue. Que vont-ils devenir, que vont-ils faire? Que ceux qui ont des oreilles pour entendre, entendent leurs cries de colere.

 


16:32 | Commentaires (0) |  Facebook | | |

01/08/2012

Augmentation des frais d’inscription à l’université:des pro-Ouattara tabassent et séquestrent un leader etudiant

Le régime Ouattara veut vaille que vaille justifier l’augmentation des frais d’inscription dans les universités.Même avec la violence.Gbané Aleoussene, porte-parole du collectif des étudiants pour la réouverture immédiate des universités publiques de Côte d’Ivoire, a été vivement pris à partie hier lundi par des jeunes étudiants pro-Ouattara.

Gbané Aleoussene, porte-parole du collectif des étudiants pour la réouverture immédiate des universités publiques de Côte d’Ivoire, a été vivement pris à partie hier lundi par des jeunes étudiants pro-Ouattara. Le leader estudiantin avait en face de lui de véritables vandales, qui promettent de «faire la peau à quiconque osera critiquer le régime». L’infortuné a été copieusement tabassé, ses habits déchirés. Son ordinateur portable et son sac contenant passeport, diplômes et plusieurs autres documents importants emportés. Le collectif que dirige Gbané ne cesse de dénoncer, depuis sa création, la fermeture des universités publiques depuis deux années. Tout naturellement, à l’annonce de l’augmentation des frais d’inscription dans les universités publiques qui sont passés de 6 000 à 100 000 francs CFA et au-delà, le Collectif est encore monté au créneau la semaine dernière pour protester contre cette mesure. Et hier lundi 30 juillet, plusieurs organisations et associations estudiantines se sont retrouvées à l’église Saint-Albert le Grand à Cocody pour mettre en place une plateforme qui devrait permettre, pour obtenir la réduction des nouveaux frais d’inscription.

A cette occasion, Gbané Aleoussene n’a pas utilisé la langue de bois; il s’est montré incisif. Selon lui, il a milité mordicus pour l’annulation pure et simple des nouveaux tarifs, plaidant pour le maintien des frais d’inscription qui prévalaient avant la fermeture des universités. Les discussions se poursuivaient quand plusieurs jeunes surexcités, qui défendaient l’idée d’une augmentation, se sont rués sur le jeune Gbané, l’ont roué de coups et déchirer ses habits, avant de le dépouiller de ses effets. Selon des informations émanant d’autres jeunes qui participaient à la rencontre mais qui n’ont secourir leur camarade, de peur de subir le même sort, les agresseurs sont manipulés et instrumentalisés par le conseiller spécial du chef de l’Etat Touré Mamadou. Dès qu’il a pu se tirer des griffes de ses bourreaux, Gbané Aleoussene s’est rendu au siège d’Amnesty International pour porter les faits à la connaissance de l’organisation internationale de défense des droits de l’Homme. Il a décidé de porter plainte afin que les auteurs et commanditaires de l’agression dont il a été victime soient traduits devant les tribunaux.

Gbané Aléoussene est également Chargé de campagne et de Communication au sein de la COORDINATION JEUNE AMNESTY COTE D'IVOIRE.Le collectif qu'il dirige avait dès la fermetures des universités publiques lancer un site internet (http://campuslibre.wordpress.com/) avec une petition reclamant la réouverture des Universités.

Source : Le Nouveau Courrier

09:30 | Commentaires (0) |  Facebook | | |