topblog Ivoire blogs

14/03/2012

Nouveau gouvernement : la position de Mamadou Koulibaly


mk.jpg"Ahoussou Jeannot est un premier ministre sans pouvoir"


«Je souhaite bonne chance à Ahoussou Jeannot parce qu’on lui a donné un portefeuille duquel sont sorties des valeurs qui réduisent nécessairement la valeur du portefeuille de Premier ministre. Quand le président de la République devient lui-même ministre de la Défense, cela signifie qu’il a dépouillé le... Premier ministre de toutes les questions de défense et de sécurité. Quand en plus, le président de la République nomme son petit-frère, ministre chargé des questions présidentielles, c’est l’administration du gouvernement, et c’est comme s’il dépouille le Premier ministre de ce qui est gestion des autres portefeuilles ministériels et la coordination de l’action gouvernementale revient de nouveau à son petit-frère. Et donc naturellement, le Premier ministre se trouve dépouillé. La défense et le gouvernement général vont être gérés en famille chez le président de la République. Troisièmement, le fait de nommer un ministre délégué opérationnel auprès du Premier ministre qui doit être chargé de l’action gouvernementale, le ministre délégué dépouille le Premier ministre de son pouvoir de ministre de la Justice. Donc on se retrouve là avec un Premier ministre, qui est un ami, que j’encourage, mais en même temps je crains fort, avec toutes les pièces qui ont été enlevées de son portefeuille et qui se retrouve avec le titre de Premier ministre qui n’a pas le pouvoir. Et ça, c’est relativement dommage. Moi je l’ai fréquenté pendant les premiers moments de la crise postélectorale. C’est avec lui que j’ai négocié et obtenu la libération des premiers prisonniers détenus au Golf Hôtel et à la Pergola après le 11 avril 2011. Je me dis donc que c’est quelqu’un qui est capable de par sa compréhension de mener progressivement la machine de la réconciliation et cela suppose qu’il ait de l’autorité. Mais si on lui enlève la justice, la défense et les autres manteaux gouvernementaux qu’on a confiés au petit-frère, je crains fort que la Primature qu’on lui a donnée ait été vidée de son contenu. Quand Soro était Premier ministre, toutes ses valeurs là étaient dans le même portefeuille. Quel est le besoin aujourd’hui de le dépouiller de tout cela?».

01:15 | Commentaires (1) |  Facebook | | |

15/01/2012

Mamadou Koulibaly et François Ndengwe sur Cameroonvoice : Franc CFA, servitude et liberté


imagesccv.jpeg
Mamadou Koulibaly et François Ndengwe, brillants économistes africains seront sur Cameroonvoice dans le cadre de l'émission «Sans détour» du dimanche 15 Janvier 2012. Au menu, le franc cfa, la France de AAA à AA, les conséquences de la crise financière mondiale sur l'économie de l'Afrique...

Mamadou Koulibaly

Mamadou-Koulibaly.jpgAgrégé d'économie de l'université d'Aix-Marseille III (France), il est l'un des plus jeunes agrégés de son pays à l'âge de 27 ans et possède à son actif plusieurs publications en matière économique et monétaire, notamment le concept du franc CFA flottant par rapport au franc français.
Mamadou Koulibaly,Franc CFA.


Il est l'auteur de plusieurs ouvrages entre autres:

Le Libéralisme Nouveau départ Pour l'Afrique Noire, 1992, L'Harmattan (ISBN 978-2-7384-0866-2).

La pauvreté en Afrique de L'Ouest, 2003, Karthala (ISBN 978-2-84586-012-4).

La guerre de la France contre la Côte d'Ivoire, Mamadou Koulibaly, Antoine Ahua, Gary-K Busch, 2003, L'Harmattan (ISBN 978-2-7475-5367-4).

Sur la route de la liberté, 2004, L'Harmattan (ISBN 978-2-7475-7347-4).

Les servitudes du pacte colonial, 2005, CEDA/NEI (ISBN 978-2-86394-516-2)/(ISBN 978-2-84487-251-7).

Leadership et développement africain, 2009, L'Harmattan (ISBN 978-2-296-06201-6)

Eurafrique et librafrique, 2009, L'Harmattan (ISBN 978-2-296-07956-4)
La souveraineté monétaire des pays africains, 2009, L'Harmattan (ISBN 978-2-296-10518-8)

Afrique, oser une nouvelle voie, Mamadou Koulibaly, Gisèle Dutheuil, 2009, L'Harmattan (ISBN 978-2-296-10510-2)


_0_dengwe.jpgFrançois Ndengwe: « C'est du nazisme monétaire »



Le combat contre l’infantilisation dans laquelle la zone franc maintient l’Afrique, infantilisation qui relève du syndrome « Ne-le-faîtes-pas-vous-même, nous-nous-en-chargeons-pour-vous » .

Au lieu de gérer eux-mêmes leurs réserves, les États CFA les confient au Trésor français.

Au lieu de fixer eux-mêmes leurs objectifs de taux d’inflation, ils se contentent de singer ceux de la France et aujourd’hui de l’eurogroupe.

Au lieu de favoriser et intensifier les échanges entre eux, les États CFA miment les « critères de convergence » définis par la France et l’eurogroupe.

Au lieu de se doter des moyens techniques pour fabriquer eux-mêmes leur monnaie, ils se contentent de tout sous-traiter aux imprimeries de la Banque de France, qui facturent au prix fort.

François Ndengwe est président-fondateur du African Advisory Board et membre-fondateur du Congrès des économistes africains.

«Sans détour » c'est tous les dimanches, 13h(Montréal/New York), 18h(Abidjan/Dakar), 19h(Douala/Kinshasa) sur la radio. Vous pouvez aussi nous écouter en composant simplement +1 832 280 0705.

11:58 | Commentaires (1) |  Facebook | | |

22/11/2011

Discours d'investiture du Président Mamadou Koulibaly lors du 1er congrès ordinaire de LIDER

Mesdames, Messieurs, chers invités, chers militants et militantes, chers Liders,

Je vous souhaite la bienvenue au premier congrès ordinaire de LIDER, Liberté et Démocratie pour la République. Comme vous l’avez vu lors de l’adoption des Statuts, c’est vous, en tant que Congrès, qui êtes les détenteurs du pouvoir à LIDER. C’est vous l’organe suprême du parti. A partir d’aujourd’hui, quand on se référera à LIDER, c’est à vous que l’on fera référence. A partir d’aujourd’hui, on ne dira plus «le parti de Mamadou Koulibaly» ; on dira LIDER, votre parti.

LIDER a une place à occuper sur le terrain politique. Une place laissée libre par les partis existants et qui consiste à étudier et résoudre les problèmes des Ivoiriens et des populations, qui verraient enfin traiter leur préoccupation première, qui est celle de la sortie de la pauvreté. Or ce champ est abandonné par tous, lancés qu’ils sont dans des formes d’idolâtrie de personnes physiques dont les destins, présentés comme exceptionnels, s’imposent à la destinée de la Côte d’Ivoire. LIDER réaffirme que la priorité, c’est la destinée des populations ivoiriennes et non les destins individuels des animateurs de la classe politique.

LIDER considère comme prioritaire la résolution de la peur : La peur née des derniers scrutins électoraux nous a fait perdre de vue que cela fait un an que nous avons eu ces élections.

- Les vainqueurs vivent dans la peur et la méfiance ;

- Les vaincus vivent dans la peur et la méfiance ;

- Le peuple vit dans la peur et la méfiance.

Le pays vit dans la peur et LIDER a sa place pour exorciser cette peur et briser le mur de méfiance établi entre nous :

- La peur du voisin

- La peur du prochain

- La peur du lendemain

- La peur de soi-même

- La peur de tout et de tous.

Aucun développement ne peut se faire dans la peur, la méfiance, la belligérance, la soif de vengeance et le pronostic du chaos. La Côte d’Ivoire aura perdu une année entière à gérer cette peur.

LIDER est né d’une insatisfaction profonde de voir comment, alors qu’au sommet de l’Etat, les principaux animateurs de la classe politique en apparence s’apprécient et s’approuvent, dans le fond, ils nourrissent à l’égard des uns et des autres des haines farouches et incompressibles. De querelles de personnes en velléités de vengeance, d’alliances contre-nature en accords hypocrites, ils renforcent chaque fois ces haines, les cultivent et en font payer le prix aux populations ivoiriennes qui leur font confiance et auxquelles rien n’est complètement expliqué. La politique ne peut rimer avec les faux coups, les coups bas, les coups tordus, les coups de feu.

Lire la suite

15:25 | Commentaires (0) |  Facebook | | |