topblog Ivoire blogs

17/04/2012

Séminaire-bilan de l'an un de Ouattara par LIDER

 

Séminaire-bilan de l'an un de Ouattara par LIDER : La « Solution » un an après : Promesses, désillusions et perspectives.


Mardi 1er mai 2012,08 Heures à l’Hôtel Ivoire

lider.jpg

Invitation

09:20 | Commentaires (0) |  Facebook | | |

La Cour de Justice de la CEDEAO ordonne la lébération provisoire et l'évacuation médicale de Michel Gbagbo

CEDEAO.jpgLa Cour de Justice de la CEDEAO, par une ordonnance de référé, a reçu Michel Gbagbo en sa demande de mise en liberté provisoire et de transfèrement médical en France pour examens et soins qui s'imposent, aux frais de l'Etat de Côte d'Ivoire, et ordonné l'éxécution de cette décision par l'Etat de Côte d'Ivoire.

Nous nous étonnons que M. Alassane Ouattara, chef de l'Etat ivoirien et président en exercice de la CEDEAO, refuse d'exécuter depuis plusieurs semaines une décision de la Cour de Justice de l'instance régionale dont il assure la présidence et souhaiterions avoir la position de la Communauté internationale sur le sujet, notamment les autres chefs d'Etat de la CEDEAO, l'UA, l'UE, l'ONU...

Lire la décision ici


07:55 | Commentaires (0) |  Facebook | | |

16/04/2012

Dialogue politique: LIDER invité à un conclave par le gouvernement

L’on pourrait se réjouir du courrier reçu le 13 avril 2012 par LIDER: Il s’agit d’une invitation du premier ministre Jeannot Ahoussou conviant le Président du parti ainsi que quatre de ses membres à un conclave prévu à Grand Bas-sam les 27 et 28 avril pro-chains autour de la reprise du dialogue politique entre le gouvernement et l’opposition. Aussi surprenant que cela puisse paraître, neuf mois après sa création, c’est la première fois que le gouvernement semble prendre connaissance de l’existence de LIDER. Mieux vaut tard que jamais.

Cependant, la missive du premier ministre soulève quelques interrogations qu’il serait utile de clarifier rapidement. D’une part, la désignation des participants au conclave semble avoir été un peu confuse: il apparait en effet que certaines formations politiques ont été invitées aussi bien en tant qu’entités individuelles qu’en tant que plate-forme commune. Un autre élément mérite d’être éclairci par l’organisateur: Les termes de référence du conclave définissent les objectifs comme suit: convenir des modalités, du chrono-gramme et des participants au dialogue ainsi que l’adoption des points devant faire l’objet de négociations.

Abidjan .net - L'intelligent d'Abidjan.pngLe même courrier établit pourtant que les participants et le chrono-gramme du conclave ont déjà été fixés. Comment expliquer cela? Enfin, il y a plusieurs données qui demeurent en suspens et qui gagneraient à être précisées: les 23 participants de la partie gouvernementale sont-ils décisionnaires et les résolu-tions auront-elles «autorité de la chose jugée» ou les conclusions des entretiens devront-elles encore être soumises à l’approbation du chef de l’Etat, du gouverne-ment et éventuellement des partis politiques qui consti-tuent le RHDP?

LIDER, qui s’est positionné comme principale formation d’opposition de par ses idéaux, la force de ses propositions, son audace et sa courtoisie, salue la volonté du gouver-nement de prendre enfin ses responsabilités en engageant un dialogue avec les partis de l’opposition et souhaite que le processus enclenché soit honnête, transparent et à la hauteur des attentes des Ivoiriens. Le parti au flam-beau marque son entière disponibilité pour participer au processus d’élaboration d’un cadre viable pour le dialogue politique, qui sera un premier pas vers la nor-malisation et le retour à l’état de droit.

Par principe, LIDER, pour qui le respect des résultats de consultations électorales est primordial, est fondamentalement contre les gouvernements d’union. En effet, ce type de solution hybride, malheureu-sement typique en Afrique, ne tient pas compte du choix des électeurs et impose à ces derniers des program-mes dénaturés et dilués sans rapport avec ceux qui leur avaient été proposés. Les gouvernements d’union contribuent surtout à faire disparaître l’opposition, qui ne peut plus se prévaloir de ce titre puisqu’elle participe et devient comptable de l’ac-tion gouvernementale. Or, l’opposition a un rôle crucial à jouer dans toute démocratie qui se respecte: celui de contre-pouvoir, de surveil-lance critique de l’action gouvernementale. Elle représente la possibilité d’une alternance politique et du renouvellement de la classe politique pour les popula-tions insatisfaites du pouvoir en place.

LIDER entend jouer pleinement ce rôle essentiel et se rendra donc à Grand-Bassam pour proposer des approches novatrices pour l’établissement du ca-dre institutionnel du dialogue politique en Côte d’Ivoire.

18:08 | Commentaires (0) |  Facebook | | |