topblog Ivoire blogs

22/09/2013

Mamadou Koulibaly : "Avec Gbagbo, les ponts ne sont pas rompus, nous avons des communications, lui et moi".


Président de l’Assemblée nationale, sous le règne de Laurent Gbagbo, Mamadou Koulibaly est aujourd’hui le président de Liberté et Démocratie pour la République (LIDER), le parti qu’il a créé, il y a deux ans. Dans cet entretien-vérité, cet homme politique connu pour son franc-parler et son discours très tranché, dresse sans concession un bilan des deux années d’exercice du pouvoir du président Alassane Ouattara. Bien entendu, il n’élude pas son divorce brusque d’avec ses anciens amis du Front populaire ivoirien (Fpi), la crise postélectorale de 2010-2011, ni ce qu’il pense de l’actuelle Assemblée et son président Guillaume Soro. De même, il évoque ses relations actuelles avec Laurent Gbagbo et surtout donne froidement les raisons de la chute de l’ex-président ivoirien, dont il était l’un des durs parmi les durs du régime.


Mamadou Koulibaly: En 2015, je serai candidat contre Ouattara, sauf si…

 

Propos recueillis par Yacouba Sangaré et Lucien Ahonto | Notre Afrik | n°36 – Septembre 2013

Candidature 2015, Interview, LIDER, Mamadou Koulibaly, OuattaraNotre AfriK: Comment se porte Liberté et Démocratie pour la République, votre parti, créé en juillet 2011, trois mois seulement après la chute du pouvoir Front populaire ivoirien (FPI) dont vous avez été l’un des membres influents ?

Mamadou Koulibaly : LIDER se porte bien, malgré son jeune âge, et a eu deux ans en juillet dernier. Ce sont deux années consacrées à la mise en place des structures et à l’implantation du parti. Nous sommes en train de parcourir le territoire entier pour nous présenter aux Ivoiriens, aux populations, pour leur faire comprendre notre vision de la Côte d’Ivoire réconciliée, de la Côte d’Ivoire qui sort de la belligérance, de la Côte d’Ivoire qui va à la liberté. Pas la liberté seulement pour les hommes politiques, mais la liberté pour toutes les populations. Deux ans de challenges que nous essayons de relever. Nous étions moins d’une dizaine à la création. Aujourd’hui, nous sommes près de 100 000 personnes dans le pays. On n’en est pas encore à 1 million de militants ou de sympathisants, mais combien de partis en Côte d’Ivoire peuvent prétendre vendre un million de cartes chaque année ?

Lire la suite

13:08 | Commentaires (1) |  Facebook | | |

26/09/2012

EXCLUSIF : A voir le debat de l’émission "le club de la presse" sur la rebellion de 2002 censurée par la RTI

censure.jpgLe dimanche 23 septembre, à 18 heures 8 minutes, sur la RTI1, une bande déroulante a annoncé la non diffusion du CLUB DE LA PRESSE pour des "raisons techniques". Interrogé par "L'éléphant Déchaîné", Emmanuel Grattié Lavry, le présentateur de l'émission a déclaré qu'il avait été lui-même informé dans la soirée que l'émission ne sera pas diffusée pour des raisons techniques, sans plus de précisions. En réalité, cette émission, enregistrée le vendredi 21 septembre ne sera jamais diffusée et pas à cause de raisons techniques. Elle a été purement et simplement censurée.

Il y avait comme invités: Assalé Tiémoko (Directeur général et gérant de l'éléphant Déchaîné"), Saint Claver Oula (rédacteur en chef de le nouveau courrier), Eddy Pehé (directeur de publication de le nouveau réveil), Célestin Gnonzion (enseignant-chercheur, spécialiste de l'éthique de la presse). Les thèmes débattus étaient la rébellion de 2002 (bilan, financement), les rencontres de la CDVR, l'enquête sur la mort de Guéi, la drogue dans les écoles, le conseil des ministres (le code de déontologie des fonctionnaires et agents de l'Etat), l'attaque du commissariat à Port-bouet, la suspension de la sanction contre les journaux bleus. 

Eh bien les vérités qui ont été dites au cours de l'enregistrement de l'émission n'ont pas semble-t-il, fait plaisir en haut lieu. L'émission a été purement et simplement censurée.

CEPENDANT GRACE A LA DEXTERITE DE LA WEBOSPHERE POLITIQUE IVOIRIENNE CETTE EMISSION EST DESORMAIS DISPONIBLE SUR LE NET.A VOIR ET A PARTAGER!

Première Partie

Deuxième Partie

Troisième Partie

08:39 | Commentaires (0) |  Facebook | | |

17/09/2012

Adjamé : la colère monte chez les commerçants après la destruction de leurs magasins

Ce jeudi 13 septembre 2012 a Adjame renault, c'etait la desolation et la colere chez les commercants et gerants de petits magasins aux abords du trotttoir sur la voie publique, entre la station texaco et le rond point de la gare Stif. Ils sont venus constater la destruction et les restes de leurs fonds de commerce, leur gagne-pain qu'ils ont mis des années a batir. Ce sont plusieurs emplois qui disparaissent et des peres et meres de famille ainsi que des jeunes gens qui se retrouvent du jour au lendemain dans la rue. Que vont-ils devenir, que vont-ils faire? Que ceux qui ont des oreilles pour entendre, entendent leurs cries de colere.

 


16:32 | Commentaires (0) |  Facebook | | |