topblog Ivoire blogs

14/01/2011

Informations confidentielles sur la situation actuelle en Cote d’Ivoire

Une note des services secrets Suisses révèle des divergences entre Alassane Ouattara et Guillaume Soro. Mais elle évoque également les soutiens dont bénéficie le président Gbagbo tant en Afrique que dans le monde.

Alassane Ouattara s’est-il convaincu de l’impossibilité, en tout cas dans l’immédiat, d’une action militaire pour chasser le président Laurent Gbagbo du pouvoir ? En tout cas, rien n’est sûr mais, selon une note confidentielle de Coverseas Worldwide, une société suisse de collecte des informations confidentielles et d’assistance aux personnes, en date du 3 janvier dernier, le mentor du RDR et de la rébellion serait en désaccord avec Guillaume Soro, son lieutenant, sur la nécessité d’utiliser la force pour arracher le pouvoir à Laurent Gbagbo.

Selon cette note, Ouattara est favorable à un étranglement financier de la Côte d’Ivoire pour contraindre Gbagbo à quitter le pouvoir alors que Guillaume Soro, lui, est favorable à une action militaire « (…) des dissensions entre Alassane Ouattara et Guillaume Soro, son Premier ministre, commenceraient à apparaître. Soro souhaite un renversement de Gbagbo par la force ou une partition du pays dans un premier temps afin de consolider sa base « nordique » et non un plan négocié, qui permettrait à Gbagbo de rester encore plusieurs mois au pouvoir et de disposer de suffisamment de temps pour retourner la situation en sa faveur. Alassane Ouattara ne souhaite pas recourir à ce principe mais préfère les stratégies d’étranglement financier et d’isolement diplomatique afin que Gbagbo renonce au pouvoir», peut-on lire dans le document classé confidentiel. Ouattara et Soro se retrouvent cependant sur un point : il faut faire vite. Car, précise la note, «plus le temps passe, plus Alassane Ouattara perd de sa crédibilité (vis-à-vis de ses soutiens) en restant bloqué au Golf Hôtel ».

A en croire le rapport, Ouattara, malgré le «contrôle des comptes de la Côte d’Ivoire à la BCEAO et le soutien de l’UE, de Washington et de l’ONU, n’arrive pas à inverser la situation à l’intérieur du pays. Ses différents appels à la grève et aux marches de protestation ne prennent pas. L’armée reste fidèle à Laurent Gbagbo».

confidentiel.jpg

Lire la suite

14:50 | Commentaires (1) |  Facebook | | |