topblog Ivoire blogs

25/11/2011

Invaincu

25.jpgInvictus est un court poème de l'écrivain William Ernest Henley qui fut cité à de très nombreuses reprises dans la culture populaire et qui contribua à le rendre célèbre. C'est le poème préféré de Nelson Mandela.

Le titre latin signifie « invaincu, dont on ne triomphe pas, invincible » et se fonde sur la propre expérience de l'auteur puisque ce poème fut écrit en 1875 sur son lit d'hôpital, suite à son amputation du pied. À l’origine, ce poème ne possédait pas de titre, celui-ci fut ajouté par Arthur Quiller-Couch en 1900.

Un appel du cœur et de la raison,pour tous ceux qui souffrent et espèrent des lendemain meilleurs pour notre pays,pour l'Afrique






INVICTUS

Dans les ténèbres qui m'enserrent
Noires comme un puits où l'on se noie
Je rends grâce aux dieux, quels qu'ils soient
Pour mon âme invincible et fière.

Dans de cruelles circonstances
Je n'ai ni gémi ni pleuré
Meurtri par cette existence
Je suis debout, bien que blessé.

En ce lieu de colère et de pleurs
Se profile l'ombre de la Mort
Je ne sais ce que me réserve le sort
Mais je suis, et je resterai sans peur.

Aussi étroit soit le chemin
Nombreux, les châtiments infâmes
Je suis le maître de mon destin
Je suis le capitaine de mon âme.


William Ernest Henley (1843-1903)

17:11 | Commentaires (0) |  Facebook | | |

07/08/2011

Démocratie : la « force des urnes » ?

Dans une démocratie, la majorité exprimée par les urnes s’impose à une minorité plus ou moins importante. Alors qu’en Afrique et singulièrement en Côte d’Ivoire le pouvoir repose sur un seul homme, les divisions et les frustrations dans le clan des « perdants » sont d’une importance qui met en péril la réconciliation. La cohésion sociale pourrait cependant être retrouvée si l’intervention de l’Etat était réduite et si les populations recouvraient leurs libertés en ayant la possibilité d’entreprendre et d’être propriétaires. Dans un cadre libéral, l’individu existe en tant que tel et non plus seulement à travers l’identification à l’Etat et donc, selon la conception africaine, à un petit groupe de dirigeants. La liberté ne doit plus être analysée comme un outil réservé aux occidentaux mais comme le pilier de la réconciliation, de la paix durable et au-delà, du progrès.


cage-rouge_431_350.jpg


La Côte d’Ivoire est très souvent montrée du doigt par la vieille Europe comme étant incapable d’établir un gouvernement démocratique durable. Entre anthropocentrisme affirmé et vieux reste aristotélicien, la pensée du philosophe s’égarerait presque si, derrière ce problème d’un gouvernement véritablement démocratique, ne se cachait une série de questions plus profondes, et plus graves. Car au-delà de l’ingérence française visant à faire chuter le précédent pouvoir, il est intéressant de s’interroger sur la valeur, et les limites, de ce que nous appellerons la « force des urnes ». Faut-il tout demander au peuple, tout lui soumettre ? Qui doit décider, dans un état de droit, et dans quelle mesure, des libertés individuelles et collectives ? Que faire des minorités, faut-il les protéger, voire les revendiquer comme étant la clef de la richesse d’un peuple, ou au contraire les soumettre, par la puissance publique, à la force de la majorité ? De quelle autorité un représentant de l’Etat est-il porteur ?

Lire la suite

21:10 | Commentaires (0) |  Facebook | | |

10/03/2011

Manifeste pour une Côte d’Ivoire nouvelle

"Ce qu'on ne perçoit pas, ou ce qu'on perçoit mal, c'est que l'Afrique est dans doute le seul continent à produire encore de la relation sociale ou, plus précisément, à innover socialement (...)
Le continent africain fabrique l'antidote sous nos yeux, mais nous ne le voyons pas. Ce qu'on a appelé l'afro-pessimisme est sans doute l'une des plus grandes fautes de jugement de ces vingt dernières années. La vitalité protéiforme du continent noir pourrait bien produire, quelque jour, le miracle africain. Ce n'est pas une certitude, seulement un pari et un espoir. Ils ne sont pas dénués de raisons".

Philippe Engelhard

paix.jpgCe texte s’adresse à tous ceux qui ont le sentiment que la Côte d’Ivoire s’engage dans une impasse dont les conséquences, si on n’y prend garde, pourraient être désastreuses. En souhaitant que ce texte contribue humblement à alerter l’opinion et à modifier des attitudes et des comportements trop souvent étrangers au drame que se joue sur la terre d’Eburnie.

Lire la suite

10:32 | Commentaires (8) |  Facebook | | |