topblog Ivoire blogs

16/11/2010

Ensemble privilégions la Côte d'Ivoire d'abord

La Côte d'Ivoire d'abord !

"Chers compatriotes, et amis démocrates du PDCI-RDA, tout ivoirien peut gouverner la Côte d'Ivoire mais tout ivoirien ne la gouvernera pas dans l'intérêt général des populations ivoiriennes.La Côte d'Ivoire est épuisée des conflits inutiles, elle veut sa liberté pour vivre en paix dans une Afrique de l'Ouest intégrée, sans chantage, ni violence et sans illusion.

Ainsi, le choix n'est pas entre deux candidats mais entre deux visions du pouvoir : celle qui s'impose par les armes et l'injustice dans l'intérêt de forces particulières inavouables et celle qui s'impose par les urnes et la justice dans l'intérêt général des ivoiriens. Le choix de Laurent Gbagbo correspond à la seconde et suppose, qu'au delà de nos positions partisanes, de nos justes insatisfactions, de nos instincts ethniques, de nos convictions religieuses, nous privilégions la Côte d'Ivoire d'abord.

J'invite tous les ivoiriens à nous rejoindre, pour tracer ensemble les sillons d'une nouvelle alliance entre les peuples de Côte d'Ivoire vers la liberté, l'indépendance et la construction de notre nation avec les moyens institutionnels de la démocratie libérale, seule voie pouvant assurer le bien être des populations de ce pays par un recul durable de la pauvreté.

Ensemble, au-delà de nos destinées individuelles et partisanes, privilégions la Côte d'Ivoire d'abord ! "

Mamadou KOULIBALY, Abidjan le 16 Novembre 2010

mkoul.jpg

22:27 | Commentaires (2) |  Facebook | | |

13/11/2010

Alassane Drame Man:Le dédut du drame

Pour avoir une chance d’être élu à la présidence de la République, il faut réunir trois conditions idéales. La première : avoir atteint une dimension nationale incontestable. La deuxième : être au pouvoir ou l’avoir exercé longtemps. La troisième : avoir l’appui d’un bon appareil de parti. POMPIDOU (Georges)


A la veille du second tout de l’élection présidentielle ivoirienne, prévue en principe le 28 Novembre 2010, la Côte d’Ivoire connaît incontestablement un climat politique délétère, pernicieux, dont la perpétuation voire la dégradation, pourrait durablement altérer le climat démocratique national.
Le désarroi et l’inquiétude viennent de ce que la Côte d’Ivoire a depuis longtemps perdu des pratiques politiques qui l’avaient longtemps fait passer pour une exception dans un continent dont bien des régimes politiques ont eu du mal à se plier aux exigences de l’Etat de droit et à de saines et incontestables compétitions électorales. L’exception ivoirienne, déjà sérieusement remise en question depuis 1999 à fini par sombrer dans l’abime en Septembre 2001 et pourrait, si l’on n’y prend garde, ne plus être qu’un lointain souvenir.

Et si, dans certaines périodes de l’histoire politique nationale, une formation partisane a pu « écraser » d’autres courants de pensée, nantie qu’elle était des moyens de l’Etat et bénéficiant d’une sorte de consensus sur l’unité du pouvoir d’Etat, consensus typique des nations en construction, le sens ou le sentiment du « libre choix » n’a jamais été réellement évincé de l’esprit des citoyens et a toujours été incarné par un homme, Laurent Gbagbo qui trente ans durant, a mener une opposition civilisée et pacifique.

Lire la suite

09:20 | Commentaires (7) |  Facebook | | |

08/11/2010

Bédié ou le cheval de Troie du RDR

Henri Konan Bédié a appelé dimanche ses partisans à voter en faveur d'Alassane Ouattara lors du second tour de l'élection présidentielle le 21 novembre, restant ainsi fidèle à une alliance destinée à battre le président Laurent Gbagbo.

Vingt ans de division des ivoiriens, de mensonge, de violence, de guerre et de coup d'état. Vingt ans de prise en otage de la CI par Dramane et Bédié son ennemi d'hier devenu ami aujourd'hui par le simple vouloir de la France


images2.jpg

Lire la suite

08:10 |  Facebook | | |