topblog Ivoire blogs

04/07/2011

Côte d’Ivoire:Les forces nouvelles prises au piège de la CPI?

Le porte-parole des forces nouvelles, Sidiki Konaté s’est opposé samedi à des enquêtes de la Cour Pénale Internationale sur la crise armée qu’a connue le pays depuis son déclenchement en 2002.

« Les enquêtes doivent être menées à partir des vraies origines de la crise se situent à partir de la période où Laurent Gbagbo a refusé de se plier au verdict des urnes », a-t-il souhaité lors d’un meeting dit de réconciliation dans la ville natale de l’épouse du Président Gbagbo.

Une mission de la CPI séjourne depuis le 28 juin afin de préparer le terrain en vue d’éventuelles enquêtes sur les allégations de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité commis durant la période post-électorales.

ocampo-bensouda.1291395603.jpg

Un appel à témoin a été lancé depuis le 16 juin par le bureau du Procureur de la CPI. Selon certaines indiscrétions, plusieurs témoins souhaiteraient un élargissement de la période sur laquelle porteront les investigations.

Il faut rappeler que la situation en Côte d'Ivoire faisait l'objet d'un examen préliminaire du bureau du Procureur de la CPI depuis 2003,même si aucune enquête n'avait été officiellement ouverte par la juridiction.En effet, la Cour a compétence à l’égard de la situation en Côte d’Ivoire en vertu d’une déclaration que le Gouvernement ivoirien a déposée le 1er octobre 2003 au titre de l’article 12‐3 et par laquelle il accepte la compétence de la Cour à partir du 19 septembre 2002.Au lendemain des événements de septembre 2002 qui avaient conduit à l'implosion du pays, la crise ivoirienne avait notamment fait l'objet d'un rapport accablant d'une Commission d'enquête mandatée par les Nations unies, qui mettait en exergue les "nombreuses violations des droits de l'homme, du droit international humanitaire ainsi que des actes constitutifs de crimes contre l'humanité" perpétrés en Côte d'Ivoire.


cote-divoire.1291395705.jpg

La CPI est le premier tribunal international permanent chargé de poursuivre des auteurs de crimes de guerre, de crimes contre l`humanité et de génocides commis depuis 2002.
De nombreuses exactions ont été commises sur les populations vivant dans le centre, le nord et l’ouest du pays par les hommes de Ouattara. Le Procureur Ocampo avait déjà affirmé que "toute violence massive pendant les élections" équivaudrait à "un billet pour le tribunal de La Haye". Mias les ivoiriens ne se font aucune illusion face à une justice internationale qu’ils considèrent comme étant aux ordres des grandes puissances.Les mandats d'arrêts contre El Béchir et Khadaffi auront fins de convaincre que la CPI est plus épouvantail du Conseil de Sécurité de l'ONU contre les petites États récalcitrants plutôt comme une véritable Cour de Justice.
La CPI est donc attendu au tournant pour confirmer la méfiance des uns et des autres ou alors les infirmer.Osera t-elle inculper les chefs de guerre de la rébellion ivoirienne (qui font maintenant figure de bande de robins des bois) voire Ouattara lui même dont les hommes se sont rendus coupables de graves exactions et génocide ou alors se contentera t-elle de jeter l’opprobre sur les vaincus du 11 Avril 2011 ?

16:18 | Commentaires (1) |  Facebook | | |

22/06/2011

Côte d'Ivoire : Le Procureur de la CPI est sur le point de demander aux juges l’autorisation d’ouvrir une enquête

Côte d'Ivoire : les victimes de violence ont 30 jours pour contacter la CPI-Le Procureur de la CPI est sur le point de demander aux juges l’autorisation d’ouvrir une enquête

ocampo.jpgLes victimes de violences commises depuis l'élection présidentielle du 28 novembre 2010 en Côte d'Ivoire ont 30 jours pour adresser leurs observations à la Cour pénale internationale (CPI) de la Haye, a indiqué vendredi le Procureur de la CPI qui demandera ensuite à la
Chambre préliminaire II l'autorisation d'ouvrir une enquête portant sur ces crimes.

Lire la suite

19:52 | Commentaires (3) |  Facebook | | |